machine à coudremachine à coudremachine à coudreMa fidèle MAC(lisez machine à coudre) est une pfaff 7560.(en bas à gauche)machine à coudre

Achetée pour sa fonction broderie il y a 12 ans, c'est elle qui m'a redonné le goût de la couture, elle coud si bien, en particulier les boutonnières automatiques que je fais si moches à la main. Néanmoins, nul n'est parfait elle ne possède pas le double entrainement. (C'est pourquoi je l'ai achetée un prix raisonnable).

J'ai suivi des cours complémentaires chez Mme Barban à Rouen (magasin Pfaff) bien utiles pour tirer tous les partis de cette machine (En particulier les différents pieds-de-biche)

Côté broderie, c'est sympa, mais on ne s'en sert pas tous les jours, et, bien sûr, la technologie a fait encore trois révolutions depuis que je l'ai. Alors je lorgne de temps en temps devant les derniers modèles (Pfaff ou Janome), mais rien de bien sérieux.

La deuxième (à droite) c'est la surjeteuse, encore une pfaff, assez simple à enfiler et à manier, mais comme avec toutes les surjeteuses, il faut un certain temps pour se l'approprier. Ca coud vite et fait merveille sur tous les jerseys : une chance c'est très actuel et ça ne coûte pas cher (le jersey). Je ne pourrais plus m'en passer.

Celle du milieu , c'est la recouvreuse : en gros, elle fait les ourlets toujours dans le jersey, bien utile aussi. I l est préférable d'acheter deux machines séparées (une surjeteuse et une recouvreuse) plutôt qu'une seule machine combinée : car les réglages deviennent problématiques et ça devient fastidieux car on passe souvent d'une fonction à l'autre.C'est une janome.

En haut à gauche : La dernière (moins utile voir futile...) est une machine à feutrer : 5 aiguilles genre harpon enfoncent avec entrain par exemple de la feutrine ou du lainage dans les fibres d'un autres tissu : on obtient ainsi des motifs un peu simplets, genre country.C'est ainsi que j'ai réalisé les fleurs qui ornent une robe d'hiver présentée au début du blog. Il n'y a que des aiguilles, on n'utilise ni fil ni canette.